En passant

Côte d’Azur : Que s’est-il passé?

Le déluge qui s’est abattu sur la Côte d’Azur ce samedi soir est extrême. L’orage a été tellement soudain qu’il a surpris tout le monde sur place.

(c) TVlocale.fr

(c) TVlocale.fr

Certes l’urbanisation intensive dans ce secteur a eu un rôle, aussi petit soit-il, mais cela ne peut tout expliquer. Malheureusement de nos jours il faut trouver un coupable, si possible autre que mère nature : L’urbanisation, Météo-France et ses vigilances, la déforestation, les paysans qui coupent les haies  etc… etc…

Mais si le vrai coupable c’était mère nature? On voudrait tout maitriser, canaliser les rivières qui traversent les villes, créer de gigantesques bassins de rétentions qui coûtent des millions d’euros pour notre petit confort. Mais si le seul vrai problème de Samedi soir c’était d’être d’être au mauvais endroit, au mauvais moment?

Car ce fût tout de même un orage phénoménal! Il suffit de regarder les JT pour s’en rendre compte. Voici le lien d’une vidéo prise à Nice:

https://www.facebook.com/boutin.steven/videos/10207868131000431/

 

Et les chiffres parlent d’eux même! Pour donner un élément de comparaison avec ici, en Normandie:

  • Une bonne journée pluvieuse c’est 30/40 mm de pluie. On commence à clapoter dans l’eau.
  • Un bon orage  d’été « commun » c’est 30/40mm. C’est à dire un orage de fin de journée lourde, lorsqu’une perturbation d’ouest pointe le bout de son nez pour opérer un changement de temps notable.
  • Lorsque nous avions eu 110 mm en 6h lors d’un gros orage d’été dans les années 90, nous avions « la tête sous l’eau » avec de très gros dégâts.

Et là, sur la Côte d’Azur, nous sommes dans des cumuls stratosphériques:

  • 35 mm en 12mn ( = 1 journée pluvieuse en Normandie)
  • 82mm en 30mn (On sort du commun…)
  • 175 mm en 2H (Equivalent d’un cévenol de plusieurs heures)

L’événement a donc surpris par sa soudaineté et la très très rapide montée des eaux. Un orage d’une rare violence.

Mais que faisaient donc les prévisonnistes?  Un orage de ce genre est difficile à prévoir, aussi bien pour sa localisation que pour sa force. Il s’agit d’un orage en V, dit rétrograde.

L’orage en V est composé de plusieurs cellules orageuses individuelles qui se reforment sans cesse au même endroit avant de subir la circulation atmosphérique. Comme ils se reforment continuellement au même endroit, les orages à formation rétrograde donnent  des pluies diluviennes.

Malheureusement nous ne pouvons tout maitriser, la nature est là pour nous le rappeler sans cesse. Des facteurs aggravants, il y en a et il y en aura toujours mais malheureusement le véritable problème était bien d’être au mauvais endroit au mauvais moment.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 réflexions sur “Côte d’Azur : Que s’est-il passé?

  1. C’est effectivement un concours de circonstances qui a fait qu’il y ait autant de dégâts.
    L’urbanisation à outrance de ce secteur y est pour quelque chose c’est certain mais ce n’est pas le seul paramètre en effet. Le fait que ce soit une zone à forte déclivité a aussi contribué aux inondations.

    Mais comme tu le dis Gaylord, ce ne sont pas les seuls facteurs qui sont rentrés en ligne de compte. La puissance du phénomène a été exceptionnelle dans une région qui est pourtant habituée aux gros orages. La régénération par l’arrière de ces orages a engendré des cumuls qui dépassent l’entendement sur un laps de temps vraiment très court.

    C’est très français de vouloir trouver un coupable à chaque catastrophe. Peut-être que Météo France n’a pas été irréprochable sur sa communication juste avant l’événement (il y avait quand même un risque fort) mais ce serait trop facile de les prendre pour seuls responsables.

    Comment faire pour éviter ce genre de catastrophes à l’avenir ? D’un point de vue purement météorologique, on ne peut hélas pas faire grand chose contre les éléments. Par contre, un levier sur lequel il faudrait s’appuyer est celui de la prévention et de l’alerte. Pourquoi ne pas mettre en place un système similaire à celui des grandes plaines américaines où des sirènes sont disposées dans chaque ville pour avertir l’arrivée de tornades ? Les sirènes nous les avons déjà …

    • Oui le gros problème c’est la culture de la prévention et de l’alerte. Beaucoup n’en n’ont rien à faire des alertes orange et n’y prêtent aucune attention en prétextant que c’est surement un énième coup d’épée dans l’eau. Malheureusement. Et si tu vas dire à Mme Michu qui a sa maison dévastée par la pluie « on va mettre des sirènes pour la prochaine fois », politiquement c’est suicidaire. Car Mme Michu, ce qu’elle veut entendre, c’est que cela ne se reproduira pas… Ce qui est une autre histoire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *